• image
  • image
  • image
  • image

L'élève réfugié

Les quatre phases de l’acculturation

PhaseAcculturation

LES QUATRE PHASES DE L’ACCULTURATION

1re phase : L’EUPHORIE

Souvent appelée la « lune de miel »

A lieu à l’arrivée des immigrants dans leur nouvelle terre d’accueil. Les nouveaux arrivants sont alors ravis et confiants envers leur nouvelle vie, en particulier ceux qui ont un vécu de réfugiés qui se sentent enfin en sécurité.

Lors de cette étape, les élèves :

  • sont curieux de découvrir une nouvelle culture et déterminés à apprendre une nouvelle langue.
  • sont enthousiastes à l’idée de se familiariser avec la routine scolaire et de se faire de nouveaux amis.
  • sont un peu inquiets de leur avenir.
  • sont optimistes et idéalistes face à leur nouvel entourage, à leur nouveau pays et aux nouvelles opportunités qui s’offrent à eux.
  • sont souvent perçus comme des étrangers.
  • font de petites tentatives pour s’ajuster et s’intégrer.

Même si les familles vivent un grand stress après leur arrivée, ils ont un grand nombre de ressources à leur disposition et beaucoup de soutien.

Les intervenants scolaires peuvent :

  • tenter de découvrir le vécu (le profil éducatif, les antécédents) et la culture des élèves.
  • fournir l’information nécessaire pour orienter l’élève dans ses études et vers les services offerts (dont il a besoin).
 

2e phase : LE CHOC

Parfois appelée la « phase d’hostilité » ou de désenchantement

Survient entre les quatre et douze premiers mois après l’arrivée dans le pays d’accueil lorsque le choc culturel se fait sentir.

Lors de cette étape, les élèves :

  • ont commencé à comprendre l’anglais et à le parler, ou à perfectionner leur français.
  • commencent à percevoir de grandes différences entre leur propre culture et la culture canadienne et ont souvent le mal du pays.
  • entrent dans une période de confusion, de deuil et de désorientation qui conduit à un état dépressif.
  • ont souvent l’impression que leur pays d’accueil ne les comprend pas et qu’ils ne comprennent pas leur pays d’accueil.
  • se sentent frustrés, voire déprimés, anxieux, irritables ou en colère.
  • se replient sur eux-mêmes, ont l’impression de se sentir aliéné.
  • peuvent éviter les contacts avec la culture dominante ou la communauté.
  • et dans certains, affichent un comportement agressif ou erratique.

Dans certains cas, les élèves deviennent moins compétents sur les plans social et scolaire, comparativement à ce qu’ils étaient à leur arrivée, et ont tendance à se tenir en retrait. Ils peuvent rejeter tout ce qui est associé à leur nouvelle culture (la nourriture, la langue, etc.).

Les intervenants scolaires peuvent :

  • montrer de la compassion et de la compréhension.
  • aider les élèves à comprendre que cette phase est normale.
  • aider les élèves et leurs familles à se fixer des objectifs et des attentes réalistes.

3e phase : LA RÉCUPÉRATION

Souvent appelée la « phase du retour de l’humour »

Survient au fil du temps lorsque les nouveaux arrivants s’activent pour trouver des solutions et pour reconstruire leur vie.

Lors de cette étape, les élèves :

  • ont une attitude plus constructive et se sentent moins anxieux.
  • parlent mieux le français et l’anglais et le comprennent mieux.
  • essaient de nouveaux comportements et testent les limites de ce qui est acceptable dans leur milieu scolaire.
  • font des efforts pour comprendre et gérer leurs émotions et régler leur tiraillement entre leur vie avant et leur vie actuelle.

Les familles deviennent de plus en plus stables alors que les membres de la famille trouvent de l’emploi et possèdent les habiletés langagières pour fonctionner en anglais et en français. Toutefois, les conflits entre parents et adolescents peuvent parfois atteindre le paroxysme.

Les intervenants scolaires peuvent :

  • peuvent aider les élèves à apprécier la valeur de leur culture d’origine aussi bien que celle de la culture d’accueil.
  • offrir aux élèves des occasions de parler de leur passé.
  • fournir aux élèves l’occasion de devenir des mentors ou des modèles.

4e phase : L’ADAPTATION

Aussi appelée « l’acculturation »

Peut prendre des années, mais pour quelques-uns, ne jamais avoir lieu.

Lors de cette étape, les élèves :

  • ont atteint une bonne maîtrise du français ou de l’anglais.
  • sentent que leur équilibre émotionnel est restauré.
  • apprécient autant des aspects de leur culture d’origine que ceux de la culture canadienne.
  • participent aux activités scolaires et communautaires.
  • ont développé des liens avec des personnes de différents milieux.
  • sont capables d’apprécier à la fois leur culture d’origine et la culture d’accueil.
  • se sentent chez eux au Canada et acceptent le fait qu’ils sont ici pour rester.

Les élèves peuvent toutefois réagir de façon inattendue à certaines situations ou à certains évènements.

Les intervenants scolaires peuvent :

  • soutenir les élèves dans leur processus individuel. d’adaptation et de construction identitaire.
  • multiplier les occasions de s’engager pleinement dans la communauté.

Source : Adapté des documents en anglais « The Ontario Curriculum, Grades 1-8: English as a Second Language », « English Literacy Development:  A Resource Guide (p. 8)  et « Students from Refugee Backgrounds: A Guide for Teachers and Schools  (p. 14-15).