• image
  • image
  • image
  • image

L'élève réfugié

Pistes d’application dans divers cours
pour l’apprentissage et l’inclusion
d’élèves de la 4e à la 6e année

en situation de grand retard scolaire

Préparation à l’arrivée de l’élève

1. Je développe mes connaissances de la clientèle (retard scolaire, vécu de réfugié, etc.).

 

 

Pour des questions à se poser pour choisir le soutien approprié à l'élève en situation de grand retard scolaire, cliquez ICI.

A. Je me familiarise avec les étapes à suivre pour l’accueil et la formation d’un élève réfugié.

Pour les points clés à considérer dans le vécu d’un élève réfugié, cliquez ICI.

B. Je tiens compte des comportements gagnants pour établir des liens de confiance avec l’élève. Cliquez ICI.

C. Je lis la section ou des parties de la section sur La personne réfugiée.

D. Je m’informe sur la résilience, la résilience scolaire et les adaptations à la vie scolaire pour m’aider dans mon rôle de soutien à l’élève comme enseignant.

E. Je réfléchis à mon rôle d’enseignant de cours complémentaires dans l’apprentissage de la langue de scolarisation.

Pour s’informer sur les considérations liées à l’accueil des élèves immigrants et réfugiés (p. 4 à 8), cliquez ICI.

Pour une planification par bloc d’enseignement qui favoriser l’apprentissage de langue de scolarisation de manière concertée dans toutes les matières enseignées à l’élève en situation de grand retard scolaire, cliquez ICI.

F. Je lis la section Approches pédagogiques pour choisir les méthodes appropriées aux besoins spécifiques de l’élève en français.

2. Je regroupe les ressources qui pourraient être utiles pour répondre aux besoins des élèves ayant un vécu de réfugiés.
 

Ex. : J’identifie des jumeaux ou les tuteurs potentiels, je trouve un exemplaire supplémentaire des manuels scolaires pour que l’élève puisse en garder un à la maison, j’identifie les ressources déjà présentes dans l’école ou dans le conseil scolaire qui pourraient apporter le soutien nécessaire à l’élève, etc.

3. Je prépare l’arrivée de l’élève dans la classe.

Évaluation diagnostique de l’élève

4. J’évalue les habiletés et compétences de l’élève.
5.  Je crée le profil de l’élève et de ses besoins d’apprentissage.
6. Je réfère l’élève à des services d’appui (orthopédagogue, psychologue, etc.), si nécessaire.

Approche pédagogique et langagière

7.  Je choisis des approches pédagogiques en fonction des besoins spécifiques de l’élève.
8. Je différencie la pédagogie à des moments propices pour l’acquisition de termes ou de concepts spécifiques.
 

Pour des activités et des moyens de différencier la pédagogie dans divers cours, cliquez sur le lien approprié.

ARTS

BIENÊTRE (éducation physique, santé et préparation à la vie)

ÉTHIQUE ET CULTURE RELIGIEUSE

TIC

  • Pour s’approprier le vocabulaire lié à l’informatique et à Internet, cliquez ICI.
  • Pour différencier le TIC en classe, cliquez ICI.
9. J’intègre des activités d’apprentissage de la langue ou des sorties en fonction des intérêts et des besoins langagiers et développementaux de l’élève.
10. Je renforce la langue maternelle de l’enfant (à l’aide d’un parent, d’un tuteur, d’un jeu vidéo, etc.)

Approche inclusive

11. J’inclus l’élève dans le groupe.
 

A. Je développe des projets d’inclusion.

Je forme des cercles d’amis en tenant compte des habiletés et des intérêts des membres du groupe. Ces cercles d’amis se réunissent à des intervalles réguliers pour faire des activités. Les élèves apprennent ainsi à mieux se connaitre et à se faire de nouveaux amis. Les interactions intergroupes désamorcent les préjugés et favorisent l’inclusion de tous.

Pour connaitre les points clés de la culture de l’inclusion tels qu’élaborés par Alberta Education, cliquez ICI.

Pour une approche générale de l’enseignement (la classe inclusive), cliquez ICI.

Pour créer un environnement propice à l’apprentissage et l’inclusion, cliquez ICI.

Pour une réflexion sur le développement identitaire des immigrants dans les francophones en milieu minoritaire, cliquez ICI.

B. J’oriente l’enfant ayant un vécu de réfugié vers la résilience.

Je me réfère aux pistes fournies dans les sections Résilience scolaire et Adaptations à faire pour répondre aux besoins spécifiques des enfants ayant un vécu de réfugiés.

Pour des suggestions de mise en place de mesures de soutien socioaffectif en salle de classe, cliquez ICI.

J’identifie des moyens pour pratiquer la pédagogie du rire, le défoulement, la relaxation, la discussion.

Pour des exemples d’exercices dynamisants à faire en classe, cliquez ICI ou ICI.

Pour des activités encourageant des rapports amicaux entre élèves, cliquez ICI.

Pour des façons de fournir le vocabulaire nécessaire à l’élève pour exprimer ses émotions, cliquez ICI.

Je consulte les documents portant sur la réussite scolaire des élèves pris en charge qui peuvent regrouper une partie des élèves réfugiés qui arrivent seuls, cliquez sur les liens ci-dessous.

12. Je crée un partenariat avec les parents (foyer).
 

A. Je réfléchis à une approche facilitant la participation des parents.

Pour des idées d’encadrement, cliquez ICI.

Pour des idées visant la participation des parents à la réussite éducative de leur enfant (p. 19 à 34), suggestions variées et canevas (p. 35 à 95), grille et autre matériel à utiliser, cliquez ICI.

B. Je communique avec les parents ou tuteurs pour faire part du rendement scolaire de leur enfant (résultats de l’évaluation, profil de l’élève, plan d’action pour l’acquisition de la langue, activités et thèmes choisis, etc.).

Dans les communications aux parents, il est recommandé de/d’:
  • identifier les compétences l’élève qui seront observés/évaluées lors du prochain bulletin.
  • varier les modalités de communication des apprentissages (portfolio, agenda, bulletin, illustration de la progression, rencontre, message, etc.).
  • adapter les fréquences de communication aux parents selon les besoins de l’élève.
  • prévoir un bulletin scolaire qui indique clairement par rapport à quel niveau (ou cycle) se situe l’élève.

C. Je fournis des outils aux parents pour faciliter les apprentissages en sciences.

Pour un guide pour les parents présentant les tests de rendements en 6e année d’Alberta Education, cliquez ICI.

13. Je fais du jumelage.
 

A. Si le contexte le permet, jumeler un élève de souche ou immigrant plus âgé avec l’élève réfugié en situation de grand retard scolaire.

Suggestions lors du jumelage :

  • Définir les rôles de l’élève plus âgé. Par exemple, sourire à l’élève immigrant, jouer et parler avec lui ou elle, l’aider, etc.
  • Prendre une photo officielle du duo jumelé. Rendre la photo accessible aux élèves sur un écran, une tablette électronique ou autres.

B. Si le contexte le permet, jumeler des élèves du premier cycle du primaire à des classes de niveau supérieur pour favoriser l’inclusion et les apprentissages.

Pour des exemples de jumelage d’élèves du primaire (trois projets pour la 4e à la  6année), cliquez ICI.

Pour visionner un projet de jumelage d’une classe de 6e année avec une classe du préscolaire multiculturelle pour la réalisation d’un clip vidéo de 4 minutes, cliquez ICI.

14. Je sensibilise le groupe au vécu de réfugié.
 

Je choisis des activités pertinentes parmi les ressources suivantes :

15. Je recours à des services d’appui pour m’aider dans ma tâche (équipe-école, interprète, bénévole, organisme de soutien, etc.)

Suivi de l’élève

16. J’évalue régulièrement les compétences et les acquis de l’élève en fonction de son profil.
17. Je fais des ajustements pédagogiques en fonction des besoins d’apprentissage de l’élève.

Dossier sommaire de l'élève

18. J’identifie les acquis qui le préparent à la prochaine étape et les habiletés non maitrisées.
19. Je discute avec les parents du portrait global de leur enfant.
20. Je soumets un dossier détaillé aux intervenants scolaires concernés.